Livres Mania #1 : “L’amour fou” d’André Breton

L’art de nager, Rogi André

« Je vous souhaite d’être follement aimée. »


L’amour fou d’André Breton comme premier livre de cette catégorie  “Livre Mania”  car c’est un livre qui m’a touchée et je dirais même bouleversée.  Ecrit entre 1934 et 1936 cette oeuvre est cependant publiée en 1937. Le surréalisme du chef de mouvement qu’est Breton se ressent par les associations d’idées, de signes et de symboles. Tous les sens sont mêlés et attentifs dans cette lecture qui nous perd mais nous enivre. Les mots coulent de sens et semblent avoir jaillit des doigts de Breton avec une telle fluidité et spontanéité qu’il ne pouvait en être autrement. Des images incongrues sont assemblées, l’imaginaire aiguisé et le lecteur grisé.

L’amour comme fil conducteur de ce livre, fil conducteur qui se cache sous une certaine déstructuration : des parties fantasmagoriques, des récits de rêves et des ruptures narratives d’où surgissent poésies et photographies ; tout cela exergue la beauté des mots de Breton. André_Breton_1924

Des mots sensuels qui deviennent sensoriels, effleurant la sensibilité du lecteur, qui tout ouï et yeux grands ouverts  avale tous ces mots pleins de signes et de symboles. L’aspect décousu, chaotique et non linéaire nous emporte dans un tourbillon d’amour fou qui montre l’expérience surréaliste comme seule possibilité de réunion du réel et de l’imaginaire, de la poésie et de la vie.


« L’insolite est inséparable de l’amour, il préside à sa révélation aussi bien en ce qu’elle a d’individuel que de collectif. Le sexe de l’homme et celui de la femme ne sont aimantés l’un vers l’autre moyennant l’introduction entre eux d’une trame d’incertitudes sans cesse renaissantes, vrai lâcher d’oiseaux-mouches qui seraient allés se faire lisser les plumes jusqu’en enfer. »


Ne pas assimiler immédiatement les analogies de mots mais laisser son imagination s’en charger, voila la vraie force de ce livre surréaliste qui prône l’amour. Abandonner sa rationalité pour se perdre dans les méandres des associations romanesques, dans les images absurdes mais belles.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail
Facebooklinkedin

Un commentaire

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *