L’article de la semaine#9 : Uldus Bakhtiozina, Celebration of Marias.

Celebration of Marias, 2015. Uldus Bakhtiozina. Auto-portrait.

© Uldus Bakhtiozina, Celebration of Marias, Mars 2015, Self-portrait. All done by the artist

Et ces couleurs vives et chatoyantes dansent, nous amenant dans leur virevoltement au fil des perles, des couleurs, des matières et des mille lumières qui s’y reflètent. La photographe russe Uldus Bakhtiozina se met ici en scène dans cet accoutrement fabriqué entièrement de sa main et qui fait référence aux mythes traditionnels russes. On aimerait s’approcher en vrai, encore plus près pour palper doucement ce folklore ondoyant. 

Yeux dans les yeux, on serait presque prêt à croire que les contes existent vraiment. Comment penser que ce personnage surréel n’est que création faite d’assemblages de textiles, de couleurs mais surtout de choses intrigantes ? On vogue sur une vague d’envie de croire, tanguant doucement au gré d’une douceur excentrique, rencontrant sur notre passage un émerveillement presque enfantin. Nos pas feutrés effleurent ce songe réel, on est en pleine lumière, ce rêve se veut mouvant, existant dans notre monde tangible. Car c’est ce que l’artiste Uldus Bakhtiozina veut faire, elle extirpe de ses modèles leurs illusions éveillées, quelqu’un qu’ils aimeraient bien être, une transformation. Une deuxième facette en quelque sorte, plus ou moins inavouable, pleines de nuances, d’excentricités qui ne serait jamais acceptée sans réticences. Tapie dans notre propre ombre se cache une personne à l’image de l’artiste : surréaliste, bigarrée, faisant tomber les barrières de la société et de soi-même pour s’exhiber en plein jour.

Mais cette femme aux cheveux plus blancs que neige, au regard perçant, à la bouche sucrée en forme de coeur nous invite surtout à venir danser avec elle, dans le folklore russe. Remise en question de ce que l’on pense connaître aujourd’hui, Uldus Bakhtiozina fait renaitre ces histoires par des personnages qui paraissent tout droit sortir d’un livre de contes. Les effluves de leur passage tourbillonnent dans notre imaginaire. Ces mythes respirent différemment, pleinement, avec éclat et fracas.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail
Facebooklinkedin

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *