L’oeuvre de la semaine#15 : Seung-Hwan Oh, Impermanence

Impermanence_Ambre, Seung-Hwan Oh

© Seung-Hwan OH Photography

Impermanence_untitled_Ambre, 2014, 150x150cm, Pigment Print, Edition of 5.

Une photographie d’aspect vieillie et ancienne se fait recouvrir par des variations de couleurs, de formes et de mouvements. Comme des vagues qui feraient des plis à la surface calme de l’eau, ces tâches non identifiées parsèment l’image. Elles se lient à elle pour ne faire plus qu’une avec ce que cette dernière essaie maintenant de nous montrer. Cette photographie tente de faire sortir un portrait qui paradoxalement devient inconnu. Comme retenue par cette abstraction qui semble ramper sur le visage et ainsi l’identité de cette petite fille, l’image ne se révèle pas. Non, elle s’exhibe entièrement et presque pleinement par le fait qu’elle est en partie cachée. Dissimuler pour mieux donner envie de voir.  Dévoiler à tatons pour créer quelque chose de nouveau.  Rongée par ce qui pourrait s’apparenter au temps qui passe et à la poussière qui s’accumule, cette photographie n’est pourtant pas ancienne. Les couleurs qui survivent et la netteté sont les preuves qu’il y a eu modification volontaire. En effet, l’artiste Seung-Hwan OH utilise des bactéries pour déformer l’image originelle. Véritable bêtes rampantes elles s’emparent de cette fillette innocente pour l’engloutir dans les méandres de l’abstraction d’un microcosme vivant qui nous est invisible à l’oeil nu. Seul les effets de ce dernier deviennent visibles.  “Impermenance“. La série porte bien son nom. Tout n’est qu’éphémère et mouvant. Rien ne reste pareil.  Réflexion sur la vie et sur la mort, ces bactéries rongeuses  amènent au premier coup d’oeil un aspect esthétique. Le hasard devient maitre mot de la production finale. L’artiste ne contrôle rien si ce n’est le support originel à déformer.  Depuis le début de sa série en 2010 il affirme que seule une quinzaine d’images finies lui plaisent. La probabilité d’avoir une bonne image est très faible malgré le processus fastidieux mis en oeuvre. De la beauté dans le changement, dans l’inattendu et dans l’aléatoire surgit de l’innocence de cette fillette.

N’hésitez pas à vous abonner !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail
Facebooklinkedin

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *