L’oeuvre de la semaine#25 : Thomas Agrinier, Ice Cream.

Thomas Agrinier, une glace, du mouvement, du pop.

« Ice cream » 2016 – huile sur toile, 240 x 194cm © Thomas Agrinier.

Ca explose, court, s’agite ! Lumière agressive, on imagine sans mal ces néons qui défaillent, s’éteignent et s’allument dans un bourdonnement sourd mais perceptible. Les couleurs s’entrechoquent, vibrent au contact l’une de l’autre. Le pinceau de Thomas Agrinier est vif, palpable, ses sillons sont visibles, ses éclaboussures exhibées.  Le calme n’a pas lieu d’être. On tombe précipitamment dans cette peinture comme on débarquerait à minuit dans une soirée depuis longtemps entamée. Mouvements, soubresauts, il nous manque plus que le bruit. Pourtant on l’imagine sans mal. Une peinture sans bruit, ça va de soi normalement. Et pourtant ici, il manque. On veut entendre cet enfant turbulent, cette mère pétillante, ce père embarrassé.

Que se passe t-il ? Tout va  trop vite.  A peine le temps de poser les yeux sur cette peinture qu’on est emporté dans une bourrasque pleine de vie. Nos yeux cherchent un endroit où s’amarrer pour résister aux tumultes du pinceau de Thomas Agrinier. Mais tout bouge, vacille et tournoie. Cette toile ne peut répondre en aucun cas à nos envies de calme et de sérénité. On s’enfonce dedans comme si l’on était pris dans un tourbillon au milieu de l’eau ; le haut et le bas n’existent plus, tout est sens dessus-dessous, le souffle coupé, les étoiles dans les yeux.

Deux mondes se rencontrent, si ce n’est plus. Des visages à la Francis Bacon percutent un palmier à la Walt Disney dans un arrière plan tout à fait réaliste. Des bribes piochés par ci par là, que l’on n’associerait normalement pas ensemble, s’accrochent, fusionnent. Tout se fond pour ne former qu’une masse électrique et bourdonnante qui n’attend que l’instant propice pour surgir, vivre par et pour elle-même.

Pour suivre mon blog c’est juste ici : 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail
Facebooklinkedin

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *