L’oeuvre de la semaine#26 : Alex Kanevsky, Conversation

Alex Kanevsky, Conversation, femme nue allongée parmi des fragments de peinture.

Conversation46 ‘ x 66, oil on wood, © Alex Kanevsky

Des touches par ci, par là. Une démultiplication de la figure, des formes, des couleurs. Hasard contrôlé ou alors maitrise pleine et entière de chaque geste, chaque trace laissée sur la toile ? La virtuosité d’Alex Kanevsky provient bien évidemment de son trait, vif et réaliste mais surtout de son coup de pinceau, vibrant, vivant, éclaté.   La peinture incise et lacère ce visage mélancolique, doucement posé sur une vague tâche rosâtre de peinture informe. Les contours sont flous, évanescents, rendant pourtant cette présence féminine encore plus forte. Encore plus ancrée dans la réalité trouble du monde.

On imagine sans peine Alex Kanevsky devant sa toile, les bras tourbillonnant dans la furie créatrice. Le pinceau virevolte, assenant ses touches colorés ici, là, autour, dedans. Il suffit de peu pour faire basculer la toile de l’autre côté de cet équilibre précaire.  Un peu d’orange mal placé, trop de vigueur dans les effets, trop de mélanges, de défragmentation et le tableau tombe dans les nuances presque imperceptibles d’une harmonie bancale. Sans s’en rendre compte. Trop occupé dans ce corps à corps avec le tableau.

Découper pour reconstruire. Une nouvelle forme apparaît sous la brume épaisse et dense de la peinture ; ça palpite. Pourtant cette femme alanguie semble perdue dans les méandres de ses pensées les plus profondes, immobile de l’intérieur, statique à l’extérieur. Désespoir, abandon, tout est imaginable derrière ces paupières mi-closes.  L’explosion de la peinture n’est-elle pas  simplement le reflet de cette implosion intérieure ? Tourments invisibles jetés, propulsés sur la toile. Car la clarté de cette toile d‘Alex Kanevsky ne rime pas avec joie, allégresse et légèreté. Elle sonne plutôt le glas de la solitude,  de l’isolement. Pas de mise en scène, pas d’histoire, c’est le prisme de la peinture qui exhibe une douleur sourde, tapie, prête à bondir pour sauter à la gorge.

Pour vous abonner : 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail
Facebooklinkedin

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *