L’oeuvre de la semaine#7 : Lenny Rébéré, “Midnight”

Midnight, 2015, Lenny Rébéré

Crayon et fusain sur toile, 114 x 195 cm

Une image telle une ancienne photographie noire et blanche au grain épais, aux couleurs vieillies, nous scrute dans ce flottement fantomatique. Ce jeune artiste Lenny Rébéré nous pousse dans une position passive où l’on ne peut que contempler les entremêlements d’images qui se superposent, se mélangent et fusionnent dans cette image hybride. Sans opacité mais non totalement transparente, le regard ne s’arrête sur rien. La rue semble continuer au loin. On a envie de la suivre, de savoir ce qui se cache derrière cette architecture, de tourner au coin et de découvrir ce monde onirique. Notre regard s’enfonce dans ce dessin composé de filigranes. On ne peut appréhender l’image dans son ensemble, il faut la découvrir et la scruter petit bout par petit bout. Chaque élément provient du réel et pourtant rien ne semble avoir de la matière. Comme si l’on pouvait passer la main au travers de ces gens et choses, balayant tout sur notre passage tant leur immatérialité est tangible. Les détails sont innombrables, l’oeil acteur, toujours mouvant, ne peut se suspendre dans l’espace de l’oeuvre.

En effet, l’artiste Lenny Rébéré s’empare du monde par zapping, comme si l’on passait d’une image à une autre sans réel intérêt ou concentration. Il prélève dans le flux d’internet des moments de vie, des photographies d’évènements ou encore des publicités.  Toutes ces images numériques sont surabondantes, tellement nombreuses qu’on ne les voit plus. Elles ne sont qu’un brouhaha coloré qui glisse sous nos doigts parcourant les méandres d’internet. L’oeuvre “Midnight” est évocatrice d’un monde chaotique et saturé. On ne peut plus distinguer le singulier à force de trop voir, l’intime et le collectif se retrouvent mélangés. Ce fouillis organisé n’est qu’accumulation. Accumulation d’images, de souvenirs de plans et d’impressions. Tout droit sortie des réminiscences de l’artiste, cette image se fond, se confond, se rebute et lutte contre notre regard.

Sources : http://galerie-gounod.com/fr/expositions/texte/167/texte-presse

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail
Facebooklinkedin

2 commentaires

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *