Oeuvre de la semaine#12 : Julia Sisi, At Dusk.

Peinture de Julia Sisi, Hypnagogia. 2017

At Dusk, série Hypnagogia, © Julia Sisi, encre et acrylique, 30 x 40cm. 2017.

Sous ce fourmillement de lignes et de couleurs, est-ce un portrait humanoïde qui émerge de sous les traits, ou une quelconque espèce d’insecte inconnue ? Cette oeuvre At Dusk de l’artiste Julia Sisi interpelle tout en vibrant à la surface du papier. Les couleurs s’agitent, comme traversées par un courant électrique. Une énergie quelque peu chamanique, envoûtante et déroutante, s’évapore sans bruit de cette oeuvre. 

Portrait réel inspiré ou totalement inventé ? Aucun trait physique n’est  reconnaissable. Ce qui importe à l’artiste est de rendre tangible ce qui émane de chacun : la vie qui traverse l’épiderme, qui marque à tout jamais pour se retrouver inscrite au creux des rides, au sein du grain de la peau. Julia Sisi fait des “portraits qui murmurent“. Ce murmure visuel devient la retranscription de ce qu’elle ressent dans les êtres humains qu’elle rencontre. Ces décharges électriques qui passent d’humain en chacun, le voile de tristesse qui recouvre l’âme des yeux ou encore les ridules de joies ; tout est imprimé au plus profond de nous-même. Il suffit de faire attention, de palper les émotions ruisselantes du bout des doigts pour attraper ce qui s’échappe de chacun contre son gré : son identité ou plutôt son être.

De ce fond noir irradie les couleurs palpitantes de la vie, puissantes comme le halo de chacun qui nous suivrait comme une ombre dans nos pas. Invisible à l’oeil nu, sa présence scintille dans cet état hypnagogique. Entre le sommeil et l’éveil, c’est à ce moment que le corps devient le plus fou, le plus sensible. Entre la conscience et l’inconstance, l’inconscient fait revêtir l’invisible de ces plus beaux habits frémissants. Toutes ces choses autour de nous se retrouvent imprimés au plus profond de notre être. Julia Sisi ne fait que rendre visible l’indicible. Comme ce paradis qui côtoie la mort, tout en bas, dans la tréfonds de l’intériorité.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à partager et vous abonner !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail
Facebooklinkedin

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *